Face au cancer Essononco vous accompagne au quotidien

Consultations psychologiques destinées aux patients

Publié dans Les actualités du réseau mercredi, 06 novembre 2013
Consultations psychologiques destinées aux patients

La maladie et les traitements représentent souvent un véritable bouleversement pour la personne malade et ses proches. Elle peut être source d’angoisses, de questionnements ou d’une souffrance psychologique.

Essononco, avec le soutien de l’ARSIF, propose des consultations gratuites pour les patients et leurs proches avec un psychologue au plus proche de leur domicile. Ces consultations ont pour but de soutenir l’individu face aux bouleversements de la maladie et des traitements.

Afin d’évaluer et d’améliorer cet accompagnement, un questionnaire de satisfaction anonyme a été envoyé au cours du deuxième semestre 2012, à chaque personne ayant bénéficié d’au moins une consultation avec un psychologue libéral. 48 personnes, dont une très large majorité de femmes (90%), ont répondu au questionnaire et ont donc été inclus dans cette étude.

2/3 des personnes interrogées sont les malades eux même et 1/3 sont leurs proches.

Les résultats de cette étude pilote montrent que pour une très grande majorité des personnes interrogées (90%) le soutien psychologique a été bénéfique et a conduit à une amélioration de l’état moral et psychique. Ainsi, pour plus de la moitié des participants, le soutien psychologique a permis une diminution des angoisses ainsi que des difficultés et souffrances morales. Les consultations psychologiques ont aussi été, pour 40 % des personnes interrogées, un lieu de réponse à leurs questionnements.

A l’issu des séances proposées par Essononco, la moitié des personnes interrogées ont souhaité poursuivre le travail psychologique initié. Ainsi, bien que le nombre restreint de séances (pas plus de 5 séances financées par le réseau) puissent apparaître comme un frein à l’engagement d’un soutien psychologique, il semble que les consultations proposées constituent un déclencheur pour un travail psychothérapeutique pour de nombreuses personnes touchées par la maladie.

De plus, cette étude pilote a soulevé aussi l’importance et le bénéfice du soutien psychologique pour les proches du patient. Il ressort effectivement qu’un tiers des bénéficiaires sont les proches (enfants, conjoints…) qui nécessitent, eux aussi, un accompagnement spécifique face aux bouleversements de la maladie dans leur vie.