Face au cancer Essononco vous accompagne au quotidien

3C - Centre de Coordination en Cancérologie

Contexte

Le plan cancer 1 (Mesure 32) prévoit que tout établissement de santé prenant en charge des patients atteints de cancer doit être membre d’un réseau de cancérologie et organiser ses activités de cancérologie dans le cadre d’un Centre de Coordination en Cancérologie (3C)

Tous les établissements de santé doivent donc obligatoirement être rattachés à une cellule qualité particulière appelée 3C, garant de la qualité de la prise en charge médicale et soignante, selon les critères définis par l’Institut National du Cancer (INCa).

 Plus concrètement, les missions du 3C sont de :

  • Garantir aux patients la pluridisciplinarité des décisions de traitement en organisant et en fédérant les Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP)
  • Organiser le Dispositif d'Annonce de la maladie et veiller à la remise à chaque patient du Programme Personnalisé de Soins (PPS)
  • S’assurer de l'accès aux soins oncologiques de support (SOS), aux innovations et à la recherche clinique.

 En savoir plus :

- Circulaire du 22 février 2005 relative à l’organisation des soins en cancérologie

- Annexes de la Circulaire du 22 février 2005

- Décret 2007-388 du 21 mars 2007 relatif aux conditions d'implantation applicables à l'activité de soins de traitement du cancer

- Décret 2007-389 du 21 mars 2007 relatif aux conditions techniques de fonctionnement applicables à l'activité de soins de traitement du cancer

- Arrêté du 29 mars 2007 définissant des seuils annuels d'activité pour les pratiques de chirurgie des cancers, de radiothérapie et de chimiothérapie

- Avis de l’INCa du 20 juin 2008 relatif aux critères d’agrément pour la pratique des activités de soins de traitement du cancer

 

 

Présentation du 3C inter-établissements Essononco

Des Directeurs d’établissements de santé essonniens ont souhaité mettre en place un centre de coordination en cancérologie (3C) « sectoriel », donc inter-établissements, partagé au sein du réseau territorial de cancérologie Essononco, auquel ils adhèrent.

Les établissements ont rédigé une convention constitutive le 19 décembre 2013. Ce document fait état de leur participation financière ainsi que des modalités de fonctionnement du 3C. L’organisation opérationnelle passe par la création d’une cellule locale 3C au sein de chaque établissement membre ; cette cellule est composée au minimum du représentant légal de l’établissement, d’un médecin référent et d’un qualiticien, complétée d’une équipe soignante pluridisciplinaire selon les établissements. 

Pour mener à bien les missions du 3C Essononco, des professionnels de santé médicaux et non médicaux impliqués en cancérologie (oncologues, chirurgiens, infirmiers et cadre de santé, responsables qualité, etc.) ont donc été clairement identifiés dans chacun des 20 établissements et désignés comme référents locaux du 3C de leur établissement. Ces professionnels veillent au suivi des processus qualité, des référentiels de bonne pratique clinique, à la participation aux évaluations des pratiques professionnelles (EPP), etc. Et le 3C Essononco les accompagne et coordonne l’amélioration des pratiques en cancérologie.

 

Ce 3C inter-établissements permet une visibilité territoriale du parcours de soins et construit une synergie de prise en charge commune. La composition pluri-professionnelle du comité 3C permet de définir des axes de développement pertinents dans la qualité de la prise en charge des patients. Une dynamique territoriale se dégage dans un cadre structurant. La coordinatrice 3C pilote, anime et fédère la démarche qualité-sécurité des 20 établissements membres. Et la stratégie d’amélioration continue de la qualité est définie par les directeurs, soutenue par des équipes pluri-professionnelles décisionnaires.

 

Le 3C inter-établissements Essononco à l’avantage d’être porté par un réseau territorial de cancérologie ce qui renforce le décloisement ville/hôpital et permet une prise en charge globale cohérente sur l’ensemble du territoire.